Catégories
Fabs parle d'autre chose

L’autocensure

Parfois, le monde autour de nous possède une autorité quelconque (légitime ou non) qui ne souhaite pas que notre propos soit dit, lu, entendu, partiellement ou dans son intégralité. On définit plus ou moins ainsi la censure, et c’est quelque chose de généralement détestable. Aujourd’hui je ne vais parler que de l’autocensure.

Parfois, nous nous censurons nous-mêmes. Dans de nombreuses circonstances, parfois inconsciemment, nous sommes capables de modérer nous-mêmes notre propos dans le doute qu’il puisse être mal interprété. Dans certains cas nous en arrivons à le supprimer totalement.

Tout ce qui se tait ne consent pas.

Proverbe

Cette autocensure peut avoir lieu à la maison ou au travail, auprès d’inconnus ou de personnes très proches. Je me suis rendu compte récemment que j’en étais aussi victime, cet article par exemple a été entamé bien longtemps avant que j’ose le finir. Faisons un petit tour d’horizon de ce que “les autres”, au sens large, peuvent avoir comme effet sur nous. Comment la pression des pairs peut nous imposer une mesure dans nos propos, même lorsque nous ne le souhaiterions pas forcément…

Quand est-ce que je m’autocensure ?

Je suis d’habitude plutôt affirmé, mes opinions sont connues de mon entourage et je ne manque pas de les rappeler régulièrement. Qu’il s’agisse d’opinions libristes, religieuses, politiques  ou de mes avis sur différentes attitudes sociétales, humaines, que l’on parle plus légèrement de mon avis sur le dernier épisode de la dernière série que je découvre ou de celle que je regarde pour la énième fois, d’un PNJ du dernier scénar de JdR; je n’ai pas ma langue dans ma poche et je n’ai pas peur d’avoir des discussions animées !

Toutefois certains contextes, par exemple dans mon travail, me font me retenir de partager tel manifeste un peu véhément de la quadrature du net, tel article récupéré sur le khryspresso ou encore une image humoristique glanée ici ou là qui me fait rire mais “m’exposerait” un petit peu trop politiquement, ou personnellement en sous-entendant une approbation de ma part du contenu. C’est un trait que je me suis découvert sur le tard. Mais je lutte quotidiennement contre depuis qu’il m’est apparu, et le combat n’est pas facile !

Catégories
Fabs parle d'autre chose

Être moins “majorité silencieuse”

On peut les appeler “lurkers”, “majorité silencieuse” ou simplement “internautes”. Toujours est-il que sur internet (et sûrement ailleurs, mais le sujet n’est pas là) une grande majorité des “gens” reste silencieuse. Qu’il s’agisse de lecteur⋅trice⋅s de blogs, de journaux en lignes ou de tutoriaux informatiques ; que l’on parle de “viewers” de vidéos sur YT, DailyMotion ou PeerTube; ou toute autre forme de public face à toute forme de médias. La “population” d’internet à tendance à être plutôt discrète, hormis les statistiques de visites. Il est rare de pouvoir évaluer à quel point nous sommes lus, regardés, entendus, … par les réponses que l’on reçoit.

Je suis le premier à participer à cette grande pudeur, et je compte changer les choses dans mon approche d’internet.

Consommer, et participer ? Le media internet n’est pas unilatéral.

À l’heure où j’écris ces lignes, le blog que vous êtes en train de lire compte plus de 100.000 visites uniques depuis la mise en place de mon outil statistique. Donc un peu moins que son existence, mais mettons 5 ans.

Sur la même période de 5 ans, le blog a reçu moins de dix commentaires écrits en dessous des articles (au nombre de 200). Je ne compte pas les SPAMs, évidemment.

Il faut profiter du média web ! Contrairement à tous ce qui existait avant, le web permet de réagir, partager, répéter et répondre à celles et ceux que nous lisons, suivons, regardons… Ce pouvoir est très important, il permet de remercier, encourager, critiquer (mais restons courtois svp!), participer à la création globale sur internet et ça c’est bon !

L’internet a toujours été pensé comme un média à double-sens. Il est bon de faire perdurer cette capacité de collaboration, de partage, de création commune…

Ce que je fait depuis un peu de temps maintenant

L’adage dit que pour changer le monde il faut commencer par soi. Il me semble qu’ici il s’applique bien aussi. Je me suis donc récemment pas mal astreint à être plus “visible” lorsque je suis spectateur d’un média Web. Je prends le temps de poster un commentaire sous des articles qui m’ont plu, pas toujours évidemment, mais souvent. Il faut que le système de commentaire soit ouvert (pas de login), centralisé (genre un compte WP.com) ou rapide (mail+mdp et go commentaire).

S’il me faut traverser 4 étapes de validation de mon adresse mail, deux captchas qui filent du pognon au gros google, et un bilan sanguin complet pour participer, beh non, désolé je suis contre. L’authentification centralisée est souvent bornée aux réseaux sociaux des GAFAM, et ça aussi ça m’est inaccessible par choix. Un choix parfois pesant. Mais il est bien plus satisfaisant de basculer mes amis vers Signal que de les rejoindre sur FB.

La campagne “Dégooglisons Internet” de Framasoft.

Donc voilà, une résolution que je prends, que je vais m’astreindre à tenir : plus engager l’échange lorsque je parcours le www. Je vous invite à faire de même, en commençant tout de suite juste plus bas dans la section commentaires (ha ha ha…) !

À bientôt!

Catégories
Fabs parle d'autre chose

Confinement: Merlin fait le beau 2.

La suite, mon dragon vit toujours bien son confinement. Il est bien nourri et se prélasse sous son invariable beau temps.

J’espère que ce confinement n’est pas trop dur à vivre pour chez vous, faites du JDR en ligne, utilisez les logiciels libres. Profitez même de ce temps pour migrer votre ordinateur perso du système propriétaire avec lequel il était vendu vers un OS libre. GNU\Linux par exemple !

Prenez soin de vous et des vôtres, prenez le temps d’apprécier les petites choses de la vie et de dire à votre entourage que vous l’aimez. À bientôt les éleveurs de dragons !

Catégories
Fabs parle d'autre chose

Confinement: Merlin fait le beau 1.

Une petite photo de mon dragon, mascotte de la chaîne et du blog voici enfin :

Merlin !

Le confinement nous ramène aux choses simples, j’ai pris de longues minutes à jouer avec lui et à le regarder prendre son repas. Ça faisait un moment que je n’avais pas pris le temps de l’admirer, alors j’ai fait quelques photos de lui.

Dîtes donc bonjour à Merlin ! Les commentaires sont là pour ça, si vous voulez me passer un coucou, ou voir plus de photos de Dragons…

Prenez-soin de vous et des vôtres, prenez le temps pour les petites choses. À très bientôt ami·e·s des Dragon·ne·s.