Billet d’humeur : Macron, le président qui m’emmerde.

M. Macron, président de la république Française, apprenez que vous m’emmerdez très efficacement. Comme vous le souhaitiez probablement, pourtant, je suis vacciné. Je souhaites protéger mes proches, les inconnus, la santé de ma famille et de tou·te·s, je suis vacciné. Toutefois je ne souhaites pas vivre dans un monde où il faut montrer patte blanche à chaque coin de rue, ce n’est pas le Monde que j’aime ou celui pour lequel je me bats.

Je refuses de me servir de votre pass (vaccinal ou sanitaire), je refuses que des personnes non-assermentées contrôle l’identité de mes concitoyens, et vous commencez à m’emmerder royalement. Pourtant je ne suis pas officiellement votre cible, je ne suis pas un non-vacciné. Je suis simplement quelqu’un d’inquiet pour nos libertés individuelles. En refusant de montrer à la CNIL les résultats effectifs de ce système de flicage contre la liberté des citoyens la propagation du virus, vous vous mettez en défaut de la loi, et de la confiance de vos concitoyens !

Nous sommes nombreux ceux que vous emmerdez, bien plus nombreux que les non-vaccinés !

En mettant dans le même panier les personnes soucieuses de leur vie privée (antipass) et les personnes effrayées par le vaccin (antivax) vous permettez d’insérer dans les esprits nourris à BFM une profitable confusion. En insérant dans la tête de tous vos concitoyens cette habitude de devoir justifier de son identité à l’entrée de chaque bâtiment public, vous offrez au futur une dystopie terrible vers laquelle nous nous précipitons. En fermant des lits d’hopitaux, pour amener progressivement à une privatisation totale de la santé, au même titre que l’éducation, vous m’emmerdez ! Sacrément bien d’ailleurs, on croirait que c’est votre métier !


Je suis vacciné, ravi de l’être et j’aurais préféré une obligation vaccinale (qui aurait permis d’encadrer les rares, mais existantes personnes ne pouvant pas recevoir de vaccin) plutôt que des allers-retours incessants sur des mesures au mieux floues, au pire contre-productive. Au lieu de ça, vous en profitez pour écraser du talon une fois de plus nos libertés individuelles de circulation, de vie privée, et surtout notre confiance en l’état et ses représentants. Cela se paiera dans toute la société, mais vous serez loin lorsque cela arrivera. Personnellement je n’ai pas de soucis à me priver de restaurant ou de cinéma, de théatre ou de bar, mais lorsque le pass deviendra obligatoire pour accéder à mon travail, vous allez me priver du revenu qui permet de faire manger ma famille ! Avoir envie de défendre ses libertés coûte cher dans la Macronie, vous m’emmerdez !

C’est clair non ?


J’ai démissionné de mon poste de président d’association, pourtant je la porte dans mon cœur, car la Mairie de la commune m’avait délégué un contrôle invasif, coercicif et pas même efficace pour lutter contre la pandémie (si c’est efficace : « Où sont les résultats ? » comme le demande la CNIL depuis si longtemps…). Cette mairie avait reçu sa délégation de pouvoir par la préfecture, par l’état, et je l’ai refusée. Je ne suis pas un agent assermenté, je refuses de contrôler l’identité de mes concitoyens pour couvrir votre incompétence face à la crise sanitaire.

Monsieur le président, plus pour longtemps (enfin ! ), vous m’emmerdez. Félicitations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.