Catégories
Chaîne Anything Today Net

J’ai le droit d’être imparfait !

Récemment j’ai lu un article chez WPJohnny, un très bon blog d’inspiration pur un professionnel de WordPress. Cet article parlait de “Low maintenance blog” dans lequel il indiquait qu’il fallait publier du travail non-fini, écrire par bribes de cinq minutes et s’autoriser à ne pas être parfaitement optimisé en tous points.

Ça m’a parlé, car je suis parfois très exigeant avec moi-même. En dessin (j’apprends !), en sysadmin ou en écriture. Quand j’écris une de mes vidéos, si je me laisse faire je vais travailler, retravailler, relire et remodifier sans cesse. Jamais je n’arrive à une version satisfaisante à mes yeux. Ainsi soit je ne sors rien car je “bloque”, soit je sors et publie des travaux dont je n’arrive pas à être fier ou simplement satisfait. Et c’est là le problème.

Catégories
Fabs parle d'informatique

Les services et logiciels que j’utilise au quotidien

Parmi la multitude de services que j’essaie, installe, maintiens et utilise il y en a qui ne me conviennent plus. Certains sont très bons mais ne sont pas un besoin fondamental. Et parmi cette foultitude d’essais, certains logiciels se sont vu pérénnisés.

Aujourd’hui donc je veux écrire quelques instants dans la continuité de cet article et laisser quelques mots sur des logiciels (#libres bien sûr!) qui me servent chaque jour et desquels je ne souhaiterais pas me passer.

NextCloud, environnement complet.

Nextcloud, encore et toujours. J’en administre plusieurs, il héberge mes agendas, mes listes de tâches, mes notes… L’écosystème NextCloud a beaucoup évolué depuis les versions 20/21/22 récentes et devient un véritable espace de travail collaboratif !

Toute la journée, je me sers des listes de tâches, des notes, de l’agenda. L’intégration du webmail est très pratique pour du partage de fichiers directement. Toutefois chaque lien que j’intègre “rebondit” par une url sur mon cloud, et je n’ai pas encore trouvé comment désactiver ça. C’est plutôt gênant, tout comme l’appli Tasks qui ne gère pas (encore) les répétitions. Mais le libre évolue tous les jours, et je sais que bientôt j’aurai de nouvelles excellentes fonctionnalités.

Catégories
Fabs parle de cinéma

Kaamelott : premier Volet (presque) sans spoil

Bonjour à toutes et à tous ! Hier soir, j’étais au cinéma (c’est assez rare pour le noter) et je suis allé voir une autre grosse légende que j’attendais depuis longtemps. Enfin ! Après près de 13 ans d’attente, Kaamelott vois sa suite au cinéma, et je peux dire que j’ai été plus que ravi !

Arrêtez de m’appeler « Sire »

– Arthur Pendragon

Je savais que j’aimerais, je savais que je ne serais pas objectif et je savais aussi que je ne pourrais résister à l’envie de vous poster une petite bafouille. Donc voici : mon retour presqu’à chaud de Kaamelott: Premier Volet.

Catégories
Fabs parle d'informatique

Le bépo

Jamais je n’ai écrit un titre de manière aussi fluide !

Alors, aujourd’hui nous allons parler de disposition de clavier, passionnant non ?
Saviez-vous que l’ AZERTY est une disposition de clavier volontairement désoptimisée pour la langue Française ?!
En effet, cette disposition a été créée à la même époque et pour les mêmes raisons que le QWERTY. C’était à l’avènement de la machine à écrire et, malgré ses nombreux avantages en termes de lisibilité comme d’uniformité de l’écriture, la vitesse de frappe devint rapidement un problème.

Le problème

Le fonctionnement même de la machine, « typewriter » en anglais, étant d’avoir de petits tampons venant frapper une bande de papier encreur, imposait régulièrement une maintenance à qui voulait dompter la machine.

Il fallait alors décoincer les pattes qui se mélangeaient à chaque frappe un petit peu hâtive, rapidement relou, concédons-le. Alors un Américain du nom de Christopher Latham Sholes inventa la disposition QWERTY, éloignant les lettres les plus amenées à servir ensemble (et donc à se coincer) en 1873. Outre-atlantique, on inventa notre fameux AZERTY vers la fin du siècle, adapté au Français sur la même base de réflexion.

La solution

Catégories
Fabs parle d'informatique

Track and graph: comme quoi avec de la patience…

Depuis longtemps – et là on parle de plus de dix ans – je voulais me développer une petite application perso (webApp ou smartphone) pour enregistrer et surtout pouvoir observer mes diverses habitudes bonnes ou mauvaises. Quand j’étais fumeur je voulais pouvoir prendre conscience du nombre de cigarettes fumées, du temps perdu à sortir planté dehors, etc.

Pour le JdR je trouvais ça cool de pouvoir suivre quels jeux je joue le plus souvent, etc.

Évidemment, je ne suis pas dév (même si j’ai appris le C, le PHP, et d’autres dans une autre vie), donc jamais je n’ai fait aboutir cette idée.

Interface de suivie, toute pression sur le + permet de comptabiliser une entrée.

F-droid mon sauveur!

Un jour, fin de l’année dernière, alors que je scroll un peu aléatoirement sur f-droid je tombe sur “track and graph“. L’appli semble répondre en tout niveau à mes besoins en termes de suivis par exemple les JdRs sont saisis par jeu et me permette ce découpage. De plus je me suis fait une petite collection de “time since…

Résultats divers en fonction des entrées suivies.

Je suis du coup bien content de ma découverte, je l’utilise au quotidien et peut ainsi suivre très visuellement mes habitudes, bonnes ou mauvaises et en tirer les conclusions dont j’ai besoin !

Catégories
Fabs Parle de jdr JdR autour du web

Fun with RPG/JDR : troisième volée

Ça fait longtemps hein ?! J’ai plus de 2000 fonds d’écrans plus ou moins humoristiques dans mon dossier et ils défilent sur tous mes bureaux (boulot, maison, laptop ou tours).

Depuis des années que j’engrange régulièrement, certains memes ou autres photos funs du web roliste, je vous en livre quelques unes de plus.

pretre level 90
Actualité et JDR mixé dans un meme qui m’a fait rire.
Vote Cthulhu for president of la france
cthulhu for president version française (bye SD !).

À bientôt !

Catégories
Fabs parle de jdp Jeux

The NightStalker RPG

Récemment, les éditions Stellamaris m’ont contacté pour me proposer de lire et tester leur jdr tout neuf sorti du four : The NightStalker RPG. Toujours curieux de nouvelles expériences rôlistiques, j’accepte et l’éditeur m’envoie alors une copie PDF du livre de base dont j’entame la lecture dans la foulée. Je préfère en général lire sur papier que sur écran, mais pour cette fois je fais l’effort.

I. Premières impressions

Avant la lecture, je suis allé voir quelques éléments de background sur internet (site de l’éditeur et autres ressources) pour en apprendre un peu plus sur l’univers du NightStalker. Tout est tiré de l’univers du groupe sercati, un groupe de métal. Cet univers a pu être développé dans un livre (compilant les paroles des chansons) un comic, un film et désormais… un JdR ! Le jeu dispose d’une chaîne YouTube et semble la faire vivre.

Le tout se passe donc dans la ville de Natural City, une sorte de Gotham Dark City où se situe le cœur de la bataille éternelle entre les démons et les anges. Les humains sont ignorants de ce combat qui fait rage depuis des millénaires (l’époque de la «grande guerre»). Les forces du paradis, menées par l’archange Gabriel (« le Père » ayant quitté l’univers il y a longtemps) affrontent les renégats de l’enfer sous les ordres de Lucifer, ange rebelle. Une forme de Mascarade est en place et respectée de tou·te·s.

Catégories
Fabs parle d'autre chose

L’autocensure

Parfois, le monde autour de nous possède une autorité quelconque (légitime ou non) qui ne souhaite pas que notre propos soit dit, lu, entendu, partiellement ou dans son intégralité. On définit plus ou moins ainsi la censure, et c’est quelque chose de généralement détestable. Aujourd’hui je ne vais parler que de l’autocensure.

Parfois, nous nous censurons nous-mêmes. Dans de nombreuses circonstances, parfois inconsciemment, nous sommes capables de modérer nous-mêmes notre propos dans le doute qu’il puisse être mal interprété. Dans certains cas nous en arrivons à le supprimer totalement.

Tout ce qui se tait ne consent pas.

Proverbe

Cette autocensure peut avoir lieu à la maison ou au travail, auprès d’inconnus ou de personnes très proches. Je me suis rendu compte récemment que j’en étais aussi victime, cet article par exemple a été entamé bien longtemps avant que j’ose le finir. Faisons un petit tour d’horizon de ce que “les autres”, au sens large, peuvent avoir comme effet sur nous. Comment la pression des pairs peut nous imposer une mesure dans nos propos, même lorsque nous ne le souhaiterions pas forcément…

Quand est-ce que je m’autocensure ?

Je suis d’habitude plutôt affirmé, mes opinions sont connues de mon entourage et je ne manque pas de les rappeler régulièrement. Qu’il s’agisse d’opinions libristes, religieuses, politiques  ou de mes avis sur différentes attitudes sociétales, humaines, que l’on parle plus légèrement de mon avis sur le dernier épisode de la dernière série que je découvre ou de celle que je regarde pour la énième fois, d’un PNJ du dernier scénar de JdR; je n’ai pas ma langue dans ma poche et je n’ai pas peur d’avoir des discussions animées !

Toutefois certains contextes, par exemple dans mon travail, me font me retenir de partager tel manifeste un peu véhément de la quadrature du net, tel article récupéré sur le khryspresso ou encore une image humoristique glanée ici ou là qui me fait rire mais “m’exposerait” un petit peu trop politiquement, ou personnellement en sous-entendant une approbation de ma part du contenu. C’est un trait que je me suis découvert sur le tard. Mais je lutte quotidiennement contre depuis qu’il m’est apparu, et le combat n’est pas facile !

Catégories
Fabs parle d'autre chose

Être moins “majorité silencieuse”

On peut les appeler “lurkers”, “majorité silencieuse” ou simplement “internautes”. Toujours est-il que sur internet (et sûrement ailleurs, mais le sujet n’est pas là) une grande majorité des “gens” reste silencieuse. Qu’il s’agisse de lecteur⋅trice⋅s de blogs, de journaux en lignes ou de tutoriaux informatiques ; que l’on parle de “viewers” de vidéos sur YT, DailyMotion ou PeerTube; ou toute autre forme de public face à toute forme de médias. La “population” d’internet à tendance à être plutôt discrète, hormis les statistiques de visites. Il est rare de pouvoir évaluer à quel point nous sommes lus, regardés, entendus, … par les réponses que l’on reçoit.

Je suis le premier à participer à cette grande pudeur, et je compte changer les choses dans mon approche d’internet.

Consommer, et participer ? Le media internet n’est pas unilatéral.

À l’heure où j’écris ces lignes, le blog que vous êtes en train de lire compte plus de 100.000 visites uniques depuis la mise en place de mon outil statistique. Donc un peu moins que son existence, mais mettons 5 ans.

Sur la même période de 5 ans, le blog a reçu moins de dix commentaires écrits en dessous des articles (au nombre de 200). Je ne compte pas les SPAMs, évidemment.

Il faut profiter du média web ! Contrairement à tous ce qui existait avant, le web permet de réagir, partager, répéter et répondre à celles et ceux que nous lisons, suivons, regardons… Ce pouvoir est très important, il permet de remercier, encourager, critiquer (mais restons courtois svp!), participer à la création globale sur internet et ça c’est bon !

L’internet a toujours été pensé comme un média à double-sens. Il est bon de faire perdurer cette capacité de collaboration, de partage, de création commune…

Ce que je fait depuis un peu de temps maintenant

L’adage dit que pour changer le monde il faut commencer par soi. Il me semble qu’ici il s’applique bien aussi. Je me suis donc récemment pas mal astreint à être plus “visible” lorsque je suis spectateur d’un média Web. Je prends le temps de poster un commentaire sous des articles qui m’ont plu, pas toujours évidemment, mais souvent. Il faut que le système de commentaire soit ouvert (pas de login), centralisé (genre un compte WP.com) ou rapide (mail+mdp et go commentaire).

S’il me faut traverser 4 étapes de validation de mon adresse mail, deux captchas qui filent du pognon au gros google, et un bilan sanguin complet pour participer, beh non, désolé je suis contre. L’authentification centralisée est souvent bornée aux réseaux sociaux des GAFAM, et ça aussi ça m’est inaccessible par choix. Un choix parfois pesant. Mais il est bien plus satisfaisant de basculer mes amis vers Signal que de les rejoindre sur FB.

La campagne “Dégooglisons Internet” de Framasoft.

Donc voilà, une résolution que je prends, que je vais m’astreindre à tenir : plus engager l’échange lorsque je parcours le www. Je vous invite à faire de même, en commençant tout de suite juste plus bas dans la section commentaires (ha ha ha…) !

À bientôt!

Catégories
Chaîne Anything Today Net

Hors Série : #RPGaDAY2020 31 Août : “Experience”

Hello à toutes & tous !

Cette année encore je participe au RPGaDAY.
En 2020, il n’y a pas de questions mais des “mots-clés” sur lesquels discuter.

31 Août: “Expérience”
Utilisez #RPGaDAY2020 sur les divers réseaux sociaux, pour participer à la conversation!

Blog d’Autocratik (créateur co-auteur du RPGaDAY annuel):
https://www.autocratik.com/2020/07/exploring-rpgaday.html

à demain pour la suite !

Liens utiles:
Suivez-moi, harcelez-moi !

Blog Chroniques du Dragon :
https://cdg.anythingtoday.net

rejoins le salon Telegram : https://t.me/anythingtodaynet

anythingtodaynet TUSAISQUOIMETTRE gmail.com

Je suis sur la fédiverse :
https://mamot.fr/@fabulousfabs

Twitter: @anythingtodaynt
https://twitter.com/anythingtodaynt

Si tu veux soutenir financièrement la chaîne sur Tipeee (gratuitement en regardant des clips musicaux) :