Initiation de Poulpe, accompagné de Pulp à la Française.

Entre un Donj’ et un Poulpe, je suis de ces joueurs qui auront plutôt tendance à aller jouer avec les oreilles d’elfes qu’avec les tentacules de l’indicible horreur. Je dois même dire que je suis plutôt hermétique au plaisir, que jouer à l’Appel de Cthulhu (AdC), provoque à certains de mes camarades joueurs. C’est la raison pour laquelle lorsque l’on me propose de faire un AdC, je recule prudemment, en prétextant l’imminence de ma séance d’Aqua-Poney, pour aller triturer les boutons de ma copine de chez Sony… hum (ça sonnait mieux dans ma tête).

Et c’est la raison pour laquelle j’ai été, dès son annonce, intrigué par cette boite d’initiation Cthulhu, ou plus exactement la boite d’initiation Chronique Oubliées Contemporain : Cthulhu. Du coup, quand Fab’s m’a proposé de venir la tester, malgré mon aversion pour l’AdC, j’ai sauté sur l’occasion de me faire mon propre avis.

La boîte et son contenu.

De ce que j’ai pu en voir, c’est un beau produit. Outre les livres de règles, scénario de Maxime Chattam et de mini campagne, que je n’ai pas pu lire, on y trouve des aides de jeu de toute sorte.
-Fiches de personnages prétirées et bloc de fiches de personnage vierges.
-Tokens personnages et créatures.
-1 Plateau « Battle map », avec au recto le plan du manoir du scénario de Chattam et au verso une face pour écrire et dessiner au marqueur effaçable. Concernant ce matériel, je suis toujours sceptique quand on me dit qu’une face entière du plateau est dédié à un unique scénario. Ça ressemble à une augmentation du coût très dispensable. Et de la même manière, parce que nous sommes des rôlistes et non pas des joueurs de « plateau », les tokens personnages me paraissent tout aussi dispensables.

Le contenu de la Boite d'initiation de Chroniques Oubliées Contemporain cthulhu
Beaucoup de matériel sympa dans cette Boite d’initiation de Chroniques Oubliées Contemporain cthulhu

En lisant ces lignes, on pourrait croire que je n’ai trouvé aucun intérêt à ce matériel. C’est parce que je réfléchis en tant que pratiquant régulier du jeu de rôle, mais l’analyse du matériel ne doit pas se faire sans prendre en compte l’objectif de cette boite. Cette boite est un produit d’initiation. C’est donc un produit destiné à des rôlistes débutants ou des maîtres de jeu débutants. J’y ai réfléchi hier, en foirant allègrement la description d’un lieu. Ce qui était clair pour moi, ne l’était pas pour mes joueurs. La solution pour leur expliquer la situation, a été de leur représenter visuellement la scène, c’est-à-dire de la dessiner. C’est donc à ça que sert tout ce matériel, à permettre au plus grand nombre de suivre l’aventure proposée, sans sortir de l’immersion, du fait de blocages dus à la représentation des scènes. Le vieux rôlistes s’en passeront probablement, mais ça restera un confort certains pour ceux qui découvrent ou veulent faire découvrir le jeu de rôle. Du poulpe et du Pulp. Quand je joue, je recherche soit le fun d’une aventure, soit le plaisir d’incarner un personnage auquel je m’attache. Ce sont deux choses que je ne retrouve pas dans l’AdC. S’attacher à un personnage est illusoire, du simple fait de l’univers et je ne trouve pas ce jeu fun. J’ai toujours l’impression d’être bloqué par la médiocrité de l’humain que je suis, du fait notamment du système de jeu. La feuille de personnages y est remplie de compétences parmi lesquelles, il faut choisir celles, où l’on met quelques points de compétences et celles auxquelles, il faut renoncer. L’AdC est trop réaliste au regard des possibilités de notre investigateur et pas assez « Pulp ».

L’itération Fantasy de la gamme Chroniques oubliées avait choisi de nous amener dans un univers « High Fantasy High Power » tout en nous permettant de varier l’intensité et l’importance des éléments magiques. Chroniques oubliées contemporain et la boite d’initiation Cthulhu nous permettent par la même manière de varier le degré de réalisme de notre « univers ». Contrairement à l’AdC, tout se gêrera au d20, sur vos caractéristiques (FOR, DEX…) et sur les quelques compétences que vous développerez niveau par niveau. On reprend ici la proposition simple et basique de Chroniques Oubliées, que l’on connaît déjà et qui permet une progression claire avec des choix simplifiés, ce qui permet de e concentrer sur l’histoire proposée. Cela change de la feuille interminable où l’on désespère de pouvoir placer des points, afin de savoir à la fois tenir un pistolet et avoir un peu de culture générale. J’ai ressenti un côté plus pulp, via la fluidité des actions, que nous ont proposé la narration. : se précipiter vers un bruit, tirer sur ce qu’on voit, gérer la santé mentale. Tous ces éléments qui me paraissent lourds et dans l’AdC, ont ici un traitement, qui me permettent une visualisation plus proche du film d’aventure que du film noir. Pour certains, ce sera effectivement un défaut, pour d’autres, comme moi, il s’agit plus d’un choix qui convient au joueur que je suis.

Cthulhu avait été un bonus du pledge Chroniques Oubliées Contemporain
Cthulhu avait été un bonus du pledge Chroniques Oubliées Contemporain

Une petite différence notable par rapport à COF, est justement la gestion de la santé mentale. C’est une chose que j’avais envisagé pour ma campagne COF et la boite de l’affreux poulpe, émet une proposition intéressante. Autant le jeu se veut plus « pulp » que son grand frère américain, autant la gestion de la SAN reste une menace relativement violente pour les personnages. Vous avez des Points de choc (PC) entre 2 et 6, en fonction de la classe du personnage. Chaque fois qu’un jet de SAN (appelé “test de Choc” dans CoC) est effectué, vous risquez de perdre des PC. Si vous tombez à zéro PC et que vous devez encore en perdre, vous gagnez des points de folie et une folie passagère. Si le nombre de vos points de folie dépasse votre niveau, vous êtes foutu. Et ça peut aller vite. Pour un scénario One Shot, j’étais à deux points de folie de perdre le personnage.

Conclusion.

CoC : Cthulhu est un produit calibré pour l’initiation. C’est une introduction intéressante à l’univers de Lovecraft, même si on pourra lui reprocher de ne pas être autant dans l’esprit de l’œuvre que l’AdC. Plus Pulp que l’AdC, la boite Chroniques Oubliées Contemporain : Cthulhu, un premier pas intéressant pour ceux qui veulent découvrir l’univers Cthulhu, sans forcément se frotter à l’AdC.
A l’instar de la gamme Chroniques oubliées, la boite Cthulhu, me paraît facile d’accès. Et c’est ce que je retiens d’un jeu de rôle. Pour divers raisons, je n’ai ni le temps, ni l’envie de me perdre dans une multitude de règles et de compétences à choisir. Tout d’abord réticent à jouer dans l’univers du Poulpe, je suis prêt à y rejeter un œil à l’occasion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *