Catégories
Fab's parle d'informatique

NextCloud perso : mes fichiers partout.

Logo de NextCloud, logiciel libre forké d'Owncloud
le logo du fork d’owncloud

Bonjour à tous !
Ami-es SysAdmins, amateurs-trices du libre et autres web-users, je viens aujourd’hui vous parler de ma dernière installation en date : un cloud perso motorisé par nextcloud.
Ça faisait longtemps qu’on avait pas parlé de ma fibre SysAdmin.

Nextcloud, owncloud ?

NextCloud est un fork d’owncloud, l’équipe s’est scindé pour diverses divergences sur la gestion de l’entreprise en 2016.
Plus d’informations.

Mon choix s’est porté sur le dernier-né qui se dirige, semble-t-il, moins vers le monde payant et entrepreneurial que son prédécesseur. Je n’avais aucune expérience dans l’un ou l’autre, donc pas d’avis réellement tranché.

Pourquoi un NextCloud perso ?

Ça fait quelques temps que je cherche à m’affranchir de plus en plus des GAFAM. Je souhaite être maître de mes données autant que possible, réduire et maîtriser ce que je leur offre comme données personnelles. De plus, la décentralisation des données est au cœur même de la création d’internet et devrait, selon moi, rester réelle. Si tout est chez Google (ou équivalent) nous ferions disparaître le concept même des internets.

Je voulais donc un endroit où centraliser mes données, personnelles comme “professionnelles” (pour la chaîne ou mes expérimentations personnelles j’entends). J’en avais, honnêtement, un peu marre de copier mes fichiers de conf d’un poste à l’autre. Je fais régulièrement des sauvegardes (de mes postes de travail, des mes fichiers persos importants, de mon smartphone,…) et il est utile d’y avoir accès partout afin de pouvoir sauvegarder lorsque j’en ai le temps et où que je sois.

Toutes ces raisons, ainsi que mon habituel enthousiasme pour les logiciels libres, m’ont amenés à chercher à m’installer un Cloud personnel.

Où l’ais-je mis ?

Alors si je n’avais pas passé le pas plus tôt, c’est principalement parce que je tenais à mettre le serveur cloud chez moi. Physiquement chez moi, je l’aurais installé sur un Raspberry pi par exemple.

Raspberry Pi 3 modèle B
Raspberry Pi 3 modèle B, mon outil d’auto-hébergement de divers services.

Mais mon débit internet est véritablement trop faible à la maison. J’y héberge déjà un openVPN (j’en parlerais un jour), un mediacenter, je galère à mettre en ligne mes vidéos, etc… Mon débit aurait trop souffert de partager la navigation du foyer.
Alors, je me suis résolu à l’héberger chez planethoster, mon hébergeur actuel. Disposant d’un espace disque illimité, je me suis dit “Allez, pourquoi pas?!”

Je ne détaillerais pas ici l’installation, puisque j’ai profité de l’outil “softaculous” de PH, permettant d’installer en deux clic un paquet d’outils sur un domaine ou sous-domaine. De ce que j’ai suivi et expérimenté sur des VMs, c’est plutôt simple. Me voici donc devant mon outil tout beau tout propre.

Et maintenant what’s Next(Cloud) ?

Nous sommes à quelques jours seulement post-installation et j’en suis déjà très content. Je commence à y déverser une bonne partie de mes fichiers. J’ai souvent besoin d’accéder à certaines photos, certains documents (du JDR par exemple) depuis n’importe où.

Le catalogue d'applications (plugins) sur NextCloud.

Le petit détail bonus: NextCloud dispose d’un certain nombre de plugins, toujours installables en un clic. Ceux-ci permettent d’ajouter de nombreuses fonctionnalités à votre instance.
Il en existe un bon paquet, le premier que je me suis empressé d’installer est le calendrier, pour un service de Google que je n’utiliserais plus. Fonctionnant très bien avec Davx sur F-droid pour mon smartphone, je suis ravi de ne plus partager mes rendez-vous avec gros google.

Voilà un geste aisé dont je suis satisfait aujourd’hui !
Ciao les libristes !

Fab's Fabulous

Par Fab's Fabulous

Rôliste, vidéaste amateur, nerd, passionné, lecteur et parfois auteur.
Souvent MJ, souvent en vadrouille dans ses pensées, en continuelle recherche d'expérience rôlistique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *