Catégories
Le_Puzzle parle de jdr

L’équilibre, un truc à se casser la gueule.

Durant mes pérégrinations weboludiques, sur les forums et les groupes de discussion liés au jeux de rôle, je lis énormément de critiques de jeux. Pour faire le tri, pour en trouver de nouveaux. Un argument revient régulièrement : « pas terrible parce que pas assez ÉQUI-LI-BRÉ »… Normalement arrivé à ce point de l’article, je ferme la page et je peste.
Ouais, que je puisse faire l’otarie de démonstration avec un bouquin ou une boîte qui tient parfaitement sur le bout de mon nez, j’ai du mal à percevoir en quoi ça fait un bon jeu.

otarie en équilibre
C’est ça un bon rôliste ?!

Donjon ou la matrice wargamistique

Un petit détour par notre culture ancestrale : les premiers-nés des jeux de rôle sont issus du wargame, avec la volonté de raconter une histoire qui va au-delà de la simple victoire d’un camp sur un autre. Qu’est ce qui distingue le wargame d’un jeu de dame ? La complémentarité des unités. Si elles ont toutes rigoureusement les mêmes statistiques, le jeu de guerre avec ou sans figurines perd tout son intérêt. Pour créer un contexte favorable à l’élaboration d’une stratégie et recréer ce qui se passe sur un champ de bataille, avec ses unités hyper spécialisées, les créateurs de système ont donc introduit des forces et des faiblesses propres à chaque protagoniste.

Pour en arriver au jeu de rôle, il a fallu individualiser les unités, extraire de la masse une figurine et ne plus s’intéresser qu’à elle seule. Logiquement les vieux réflexes des designers sont restés : chaque personnage aura une spécialisation, un domaine qui le définit, dans lequel il est meilleur que les autres. Par un effet mécanique, on obtient donc aussi l’affaiblissement de ce qui n’est pas dans son champ.

Catégories
Greystoke parle de jdr

Initiation de Poulpe, accompagné de Pulp à la Française.

Entre un Donj’ et un Poulpe, je suis de ces joueurs qui auront plutôt tendance à aller jouer avec les oreilles d’elfes qu’avec les tentacules de l’indicible horreur. Je dois même dire que je suis plutôt hermétique au plaisir, que jouer à l’Appel de Cthulhu (AdC), provoque à certains de mes camarades joueurs. C’est la raison pour laquelle lorsque l’on me propose de faire un AdC, je recule prudemment, en prétextant l’imminence de ma séance d’Aqua-Poney, pour aller triturer les boutons de ma copine de chez Sony… hum (ça sonnait mieux dans ma tête).

Et c’est la raison pour laquelle j’ai été, dès son annonce, intrigué par cette boite d’initiation Cthulhu, ou plus exactement la boite d’initiation Chronique Oubliées Contemporain : Cthulhu. Du coup, quand Fab’s m’a proposé de venir la tester, malgré mon aversion pour l’AdC, j’ai sauté sur l’occasion de me faire mon propre avis.

La boîte et son contenu.

De ce que j’ai pu en voir, c’est un beau produit. Outre les livres de règles, scénario de Maxime Chattam et de mini campagne, que je n’ai pas pu lire, on y trouve des aides de jeu de toute sorte.
-Fiches de personnages prétirées et bloc de fiches de personnage vierges.
-Tokens personnages et créatures.
-1 Plateau « Battle map », avec au recto le plan du manoir du scénario de Chattam et au verso une face pour écrire et dessiner au marqueur effaçable. Concernant ce matériel, je suis toujours sceptique quand on me dit qu’une face entière du plateau est dédié à un unique scénario. Ça ressemble à une augmentation du coût très dispensable. Et de la même manière, parce que nous sommes des rôlistes et non pas des joueurs de « plateau », les tokens personnages me paraissent tout aussi dispensables.

Le contenu de la Boite d'initiation de Chroniques Oubliées Contemporain cthulhu
Beaucoup de matériel sympa dans cette Boite d’initiation de Chroniques Oubliées Contemporain cthulhu
Catégories
Fab's parle de jdp

E-penser, un jeu de plateau scientifique et sympa !

Oh la belle boîte !

Bruce Benamran, l’homme derrière e-penser est-il encore à présenter ? Celui qui m’a permis de saisir des tas de concepts physiques, à commencer par ce qu’est la physique même, a sorti un jeu. Un jeu de plateau plutôt cool avec ça, petit tour de la boîte et résumé de ma première partie.

J’ai eu peur que ça soit un Trivial Poursuit.

Pour continuer la série des jeux de plateaux offerts durant les fêtes de fins d’années. On attaque un jeu au plateau original, dans l’espace. Quelques catégories de questions principalement scientifique (une catégorie culture Geek toutefois et une catégorie Troll).

Je dois avouer que je ne suis pas fan du Trivial Pursuit. Je considère que c’est peut-être une manière un peu fun de réviser sa culture générale mais il n’y a là rien de proprement ludique. Voyant le style je me suis dit “bon celui-celle qui me l’a offert sait bien que j’aime Bruce, ses vidéos ainsi que ses livres. Mais le risque du trivial me fait peur ça risque de tomber à l’eau….”. Peu importe j’avais dit un merci sincère et un sourire. Le geste était bien.

Dragon découvre le plateau stellaire d'e-penser le jeu.
Merlin le Dragon découvre le plateau stellaire d’e-penser le jeu.

La téléportation aléatoire dans un jeu de questions, il fallait e-epenser.

On se lance toutefois dans une partie. Un amateur de science à mes côtés nous encourage, on se lance. Après tout on a été déçus par le jeu précédent. Celui-là ne pourra pas avoir les mêmes défauts (aucune vérification des questions posées et de leurs réponses), de la part de Bruce Benamran ça m’aurait plus que surpris !

dos de la boîte d'e-penser le jeu
A la lecture, Merlin a levé la tête, le dos de la boîte donne envie.

Le jeu est un plateau étrange, on y déplace 4 pions de couleurs qui n’auront pas le même parcours jusqu’à l’arrivée. Chaque tour on réponds à une question en fonction de la case ou l’on est, et si la réponse est bonne, on a droit d’avancer d’un dé. La case indique la catégorie de questions ainsi que le niveau de difficulté (voir plus bas, une photo de carte d’exemple).

C’est vraiment pour les amateurs de sciences !

Les questions dépendent des cases, je l’ai dit. La couleur indique le thème et le chiffre indique le niveau de la question. Autant vous dire que pour la plupart des questions, même au niveau 1 sont assez balaises. On a joué à 5, mettant les deux joueuses qui ne le sentaient qu’à moitié derrière le même pion. Les trois autres joueuses (dont moi) se sentaient plus optimistes faces aux questions sciences et/ou geek, jouions pour nous-mêmes.

une carte question informatique
Une carte de question bien pour Fabulous Fab’s !

Les questions sont variées, mais plutôt bien avancées. Les deux joueuses en équipes qui sentaient leur cultures geek et scientifiques un poil limitées eurent grand mal à avancer. Ce malgré une petite règle permettant de reculer d’une case en sautant son tour plutôt que de bloquer sur un couple sujet/niveau qui est décidément trop difficile à répondre. Les amatrices de sciences, nous avons apprécié le jeu, mais certaines cartes et certaines cases nous ont quand même bien mis sur le carreau.

Bilan

Selon les joueuses, les avis sont mitigés sur la partie, sans remettre en question le jeu en lui-même. Je l’ai trouvé plutôt rigolo, très pointu sur les questions et les cases qui te téléportent en avant ou en arrière, la vanne envers la géologie (quel troll !) m’a fait rire. A un moment on a eu un doute sur une règle, qu’on aurait pas dû, j’ai tweeté Bruce. Bizarrement, lui, il a répondu. C’est pas le cas de tout le monde ! Bravo Bruce, un très bon jeu que je ressortirais avec public averti toutefois. Si l’on est incapable de répondre aux questions Geek et sciences, la partie risque d’être longue….

Catégories
Fab's parle de jdp

Presque vrai : un jeu décevant !

Presque vrai unopened
Presque vrai avant l’ouverture

Pendant les fêtes, j’ai reçu plusieurs cadeaux ludiques dont je pourrais vous parler en détails plus tard. Aujourd’hui je vais attaquer une nouvelle catégorie, les jeux de plateaux. Je vais vous parler du premier jeu que j’ai essayé après les fêtes, un petit jeu d’apéro. Ce jeu ce nomme presque vrai et vante sur la boîte :

Découvert par Cyprien & Squeezie !

ça promet ! M’enfin, pourquoi pas ? Petit billet d’un jeu qui m’a plu puis déçu.

Presque vrai, presque un bon jeu.

La première partie, entourés d’une poignée de potes on improvise. Alors j’ouvre la petite boîte, je sors les règles minimes et les transmet en les lisant. Le principe est ultra-simple. Chaque carte possède deux courtes phrases, on en choisit une. Chaque phrase contient deux propositions qui peuvent chacune être vrai ou non. Trois réponses possibles : vrai, si les deux le sont, faux de même et presque vrai si l’une des deux propositions seulement est vraie.

 

Les règles acquises, on se lance dans une partie. On lit un peu, rigole parfois, on apprends des trucs. Enfin, on pense apprendre des trucs, voir plus bas. Première partie plutôt réussie, je me le garde sous la main. Près de la table du salon, je serais content de le trouver à la prochaine occasion.